Quel est le salaire d’un ouvrier couvreur ?

27 juin 2024

Le métier de couvreur attire de nombreux professionnels du bâtiment en quête de défis et de travail en plein air. Entre la pose de tuiles sur les toits et la réparation d’ardoises centenaires, ce savoir-faire manuel est très recherché. Mais qu’en est-il de la rémunération ? On fait le point ici !

Un salaire qui s’envole avec l’expérience

Le parcours d’un couvreur débute souvent par un apprentissage. À ce stade, la rémunération oscille entre 40 % et 80 % du SMIC selon l’âge et l’année d’étude. Une fois diplômé, un débutant peut espérer un salaire mensuel net d’environ 1 500 €. Après quelques années de pratique, ce montant grimpe rapidement. Un couvreur expérimenté gagne en moyenne 1 850 € net par mois.

A découvrir également : Quelles sont les qualités d’un bon plombier ?

Les plus qualifiés, notamment ceux spécialisés dans la restauration de monuments historiques, peuvent atteindre des salaires plus élevés. Avec 10 ans d’expérience, un couvreur touche en moyenne 2 385 € brut par mois, soit environ 1 860 € net. La progression salariale est donc significative pour ceux qui persévèrent dans le métier. Pour faire appel à ce type de professionnel, rendez-vous sur toiturefrance.com, le site des professionnels de la couverture.

Des opportunités pour évoluer et gagner plus

Un couvreur ne reste pas cantonné à un seul type de tâches. Il peut se spécialiser dans différents domaines comme la zinguerie, l’ardoise ou les toitures végétalisées. Ces compétences pointues sont valorisées financièrement. Par exemple, un couvreur-zingueur maîtrise la pose d’ouvrages en zinc tels que les gouttières et les raccords de cheminées. Cette polyvalence lui permet d’accéder à des missions mieux rémunérées.

A lire aussi : Comment aménager un coin lecture confortable dans un salon ?

L’évolution vers des postes à responsabilité est également possible. Un chef d’équipe ou un conducteur de travaux en couverture peut prétendre à un salaire mensuel brut de 3 000 € ou plus. Pour atteindre ces niveaux, une formation complémentaire de type BP ou BTS est souvent nécessaire. Ces diplômes ouvrent la voie à des postes de gestion de chantier très recherchés dans le secteur du bâtiment.

L’indépendance, un choix gagnant ?

Après plusieurs années d’expérience, certains couvreurs décident de voler de leurs propres ailes. L’installation à son compte offre des perspectives de revenus plus élevés, mais comporte aussi des risques. Un artisan couvreur indépendant fixe lui-même ses tarifs, généralement entre 30 et 50 € HT de l’heure. Avec un carnet de commandes bien rempli, il peut dégager un revenu mensuel net compris entre 2 900 et 5 100 €.

Cependant, ce statut implique de gérer soi-même ses charges et cotisations. Il faut aussi investir dans du matériel et parfois embaucher du personnel. La réussite dépend beaucoup de la réputation et du bouche-à-oreille. Un artisan couvreur doit donc soigner la qualité de son travail et sa relation client pour pérenniser son activité et ses revenus.

Des compétences valorisées sur le marché

Le métier de couvreur requiert des compétences techniques pointues. La maîtrise des différents matériaux de couverture comme les tuiles, les ardoises et le zinc est essentielle. Les connaissances en isolation thermique sont de plus en plus recherchées, en lien avec les normes environnementales. La lecture de plans et le sens de la géométrie sont également importants pour calculer les surfaces et les pentes.

Ces compétences techniques se doublent de qualités physiques. Le travail en hauteur exige une bonne condition physique et l’absence de vertige. L’agilité et la précision des gestes sont cruciales pour évoluer en toute sécurité sur les toits. Ces aptitudes, qui s’affinent avec l’expérience, justifient l’augmentation progressive des salaires dans ce métier exigeant, mais gratifiant.

Copyright 2023. Tous Droits Réservés